Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 13:15

Il n'y a pas de complot mondial contre la démocratie, sauf pour quelques cervelles malades, il n'y a seulement des convergences d’intérêts, par exemple l'évasion fiscale. L'évasion fiscale et son organisation sont des causes de la perte de sens des démocraties occidentales, c'est la thématique centrale du film documentaire de Harold Crooks, inspiré des travaux de Brigitte Alepin, experte en politique fiscale qui déclare dans le film :

 

« Deux cent vingt-cinq ans après la Révolution française, on revient au point de départ avec des privilégiés qui ne paient pas d’impôt».

 

Pour cette dernière, l’évasion fiscale serait à l’origine d’une formidable progression des inégalités dans le monde. Thomas Piketty estime lui, que les inégalités ont retrouvé le niveau de 1913 et qu'il faut une action collective des pays de l'Union Européenne contre l'évasion fiscale.

Ce sont deux interventions tirées du film.

 

Tourné comme un policier, avec une tonalité un peu « complotiste », il est parfois difficiles de suivre la mécanique de déconstruction du système « d'évasion », pardon « d'évitement fiscale » mise en place par les nouveaux géants de l'économie comme Am*** ou Go***.

 

Cette difficulté est compensée par l'humour des extraits d'audiences au Sénat américain (et/ou commission parlementaire en Angleterre) qui font davantage sourire que réfléchir. Par exemple ce travailliste anglais qui reproche à Am*** de ruiner le libraire du coin. Mais pourquoi diable ne coupe-t-il pas son écran comme nous le demande le journal la Décroissance pour aller chez ce libraire faire ses achats ?

 

 

Une heure trente où l'ennui n'est pas de rigueur, même si le sujet ne s'y prête pas. Le film est illustré d'exemples plus absurdes les uns après les autres, Ap*** puis « la banane » des Bermudes jusqu'à une application de partage de photos qui n'emploie que 13 personnes mais qui s'est revendu 1 milliard de dollars.

 

Le Prix à payer

Documentaire de Harold Crooks - Durée: 1h33

Published by jan peire - dans cinéma
commenter cet article

commentaires