Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:00

Ce billet n'est pas destiné a se retrouver sur fessebouc, lisez l'avis de Günter Grass sur la chose.

 

« Le retour de la bicyclette – Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050 » de Frédéric Héran, est un livre militant, au sens noble du terme. C'est le genre de livre à dévorer avant une vélorution. « Le pouvoir de la pédale » de Razemon, ici chroniqué, défrichait les pistes, celui-ci analyse, critique les politiques mises en place, chiffres à l'appui.

 

La lecture de ce livre, pas toujours facile, à la présentation un brin austère, forge une solide culture sur l'histoire du vélo. Elle donne aussi de précieuses idées au sujet des aménagements à déployer ou nécessaires au (re)déploiement de l'usage de la bicyclette en ville. L'auteur, Frédéric Héran, est maître de conférence en économie, chercheur en sociologie. Dès le début du livre, la bécane et son usage sont considérés dans l’écosystème « transport urbain », c'est à dire le découpage modale* des « outils de la mobilité » mis en concurrence les uns les autres en différents lieux et différentes époques.
 

La bicyclette est fille d'Europe et l'auteur nous promène donc hors hexagone, pour voir comment et pourquoi ailleurs cela semble aller parfois mieux, et il en profite pour tuer l'idée du gène du vélo qui serait une spécificité de l'Europe du nord.

Ce livre offre des réponses aux questions suivantes :

La multiplication des pistes cyclables suffit-elle à relancer la pratique ?

Comment et pourquoi le centralisme français a fait perdre 30 ans en matière de déplacement ?

Pourquoi les cyclistes passent au rouge ?

Pourquoi le port du casque doit rester une question de choix personnel ?

 

La lecture de ce livre terminée, nous ne nous tromperons plus d'adversaire, d'autant plus que par delà l'histoire contée, les encarts parsemant l'ouvrage et les sources citées offrent du solide en qualité d'argumentaire.

 

JP

- Voici le lien vers Carfree, site sur lequel l'auteur présente son livre (3 vidéos).

Le retour de la bicyclette - Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050
Frédéric HÉRAN. Un livre publié par La Découverte

 

 

Sommaire

- Introduction : le vélo et le système des déplacements urbains

- 19° siècle : Un symbole de modernité

- Première moitié du 20° siècle : La diffusion massive de la bicyclette

- Trente glorieuses : l'effondrement général de la pratique du vélo utilitaire

- Années 70 : Premiers rebonds

- Années 80 et 90 : Divergences européennes

- Années 2000 : Le retour en grâce

- Quelques éléments constitutifs d'une politique de ville cyclable

- Essai de prospective : le vélo utilitaire à l'horizon 2050.

- Conclusion : Le vélo, un choix de société.

_____

* Introduction page 9 : « Pour mesurer l'importance de la pratique de la bicyclette dans un territoire, l'indicateur le plus simple et le plus utilisé est la « part modale », c'est-à-dire la part des déplacements réalisés à vélo sur l'ensemble des déplacements, y compris à pied. Un déplacement, quant à lui, est un trajet effectué par une personne avec un ou plusieurs modes, pour un motif précis (travail, études, achats…), entre un lieu d'origine et un lieu de destination différents. Un déplacement utilisant plusieurs modes est comptabilisé selon le mode le plus lourd : par exemple, un déplacement à vélo puis en train est compté dans les déplacements en train ».

 

Published by janpeire - dans Lecture