Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 00:59
Mieux vaut tard que jamais voici un petit compte rendu de la réunion du mois de février dont le thème était :
"Cuisine et décroissance" ou "comment se nourrir décroissant" (non, pas en 2 mots !).
Ce thème très général pouvait se décliner en plusieurs sous-thèmes :
  • les aliments,
  • l'approvisionnement,
  • la conservation,
  • les modes de cuisson,
  • la convivialité,
  • les déchets,
  • le nettoyage.
Le public était restreint, mais pas les échanges, car nous n’avons abordé que la moitié des points prévus, il en reste pour une autre soirée…
Les aliments :
la viande, dont la production est 7 à 10 fois plus coûteuse en énergie, eau, que pour la même quantité de protéines végétales
- son empreinte écologique, avec un équivalent CO2 maximum pour le veau, puis agneau, bœuf, mouton, porc, poulet fermier, canard, poulet en batterie, et pour terminer,les œufs. En bio, les émissions sont diminuées d’au moins 30 %
- sa consommation peut être diminuée en la remplaçant par l’association 2/3 céréales + 1/3 féculents (quantité de protéines équivalente et améliore l’assimilation des acides aminés essentiels) ou par l’utilisation de la spiruline, dont Gaël nous parle. C’est une algue très riche en protéines produite en Bretagne, dans le midi, elle existe à l’état sauvage en Camargue. Elle se consomme fraîche, égouttée, se conserve dans le sel ou le miel, ou bien séchée, comme complément alimentaire. Elle apporte de la vitamine B12.
Les poissons : soit chers, soit avec des conditions d’élevage ou de pêche pas très rassurantes (la perche du Nil par exemple…)
La production bio, dont le prix devrait être la référence,  qui suit les saisons et n’utilise pas de pesticides (dont la France est le 2ième plus gros consommateur après les USA, et qui sont dérivés du pétrole)
Les OGM : très présents dans l’alimentation animale (60 %) ce qui n’apparaît pas dans l’étiquetage final des viandes. Les OGM très controversés, tant du point de vue sanitaire (pas de vue à long terme des conséquences de la consommation sur la santé humaine) que sur la privatisation du vivant, la contamination des variétés naturelles, la menace sur la biodiversité, la prise en otage des exploitants qui doivent racheter les semences tous les ans, sont à éviter strictement (voir aussi le reportage fait sur un des promoteurs des OGM : Le monde selon Monsanto et suivre les actualités des OGM grace au blog).
La provenance des aliments : un kg de kiwis importés de Nouvelle Zélande = 5 kg de CO2 (ça pousse chez nous aussi….mais pas n’importe quand) Une chercheuse de Stuttgart s’est intéressée aux km parcourus par tous les ingrédients d’un yaourt aux fruits (emballage inclus) = 9115 km ! Réfléchissons…
Les déséquilibres alimentaires : dont l’illustration est le film « Super Size Me » et que l’on traite surtout par médicaments, avant de penser à un rééquilibrage
L’approvisionnement : de l’hyper … au marché
1 emploi en supermarché détruit 14 emplois de proximité
les hypers : des millions de km parcourus (drainent des populations lointaines), des tonnes de déchets supplémentaires, des hectares de bétons pour les parking, de la sollicitation à tous les étages, et des prix attractifs au premier abord seulement.
Ils se développent (parce que "c'est bon pour la croissance !"): en région Parisienne, 103 en 1972, 563 en 2005…
les alternatives :
•les AMAP : groupement de producteurs bios
les Paniers du Val de Loire : collectif d’acheteurs
•l’auto production : même sur les toits d’immeubles
•les jardins partagés
•les marchés, et commerces de proximité
Quelques mots sur la cuisson : un atelier de construction d’un four solaire est prévu (la date sera précisée un jour prochain). Gaël nous montre les plans d’un poêle à bois économe : 125g de bois suffisent à faire bouillir 1 litre d’eau, au lieu d’un kg
Il nous reste donc pas mal de choses à dire… et surtout à réfléchir ensemble.

Published by Elisabeth - dans Compte rendu
commenter cet article

commentaires

Olivier 10/06/2008 13:21

Quels types de four comptez vous fabriquer ; boite , à panneaux, paraboliques, ... ?Olivier 

Association pour la Décroissance Conviviale 12/06/2008 01:20


Nous avons déjà fait l'atelier. il s'agit d'un four-boite sur le modèle de l'association Bolivia Inti.