Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 09:09

(Nous relayons ici un communiqué de presse du Réseau sortir du nucléaire)

13/12/2007
Leucémies autour des centrales nucléaires : Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande de toute urgence une étude scientifique équivalente à celle menée en Allemagne



Un courrier est envoyé à MM Sarkozy (Président) et Borloo (Ecologie) et Mme Bachelot (Santé) - Voir ci-dessous


Le Réseau "Sortir du nucléaire" a écrit aujourd'hui au Président de la République, au ministre de l'Ecologie et à celui de la Santé, pour leur demander que soit mis en œuvre de toute urgence une étude scientifique équivalente à celle qui, en Allemagne, vient de montrer que les enfants qui résident non loin d'une centrale nucléaire courent un risque statistique nettement plus élevé de souffrir d'un cancer ou d'une leucémie.

Cette étude a été réalisée par l'Université de Mayence sur demande de l'Office fédéral de protection contre les radiations, à partir de données statistiques portant sur la période 1980-2003 dans les régions proches de 21 réacteurs ou anciens réacteurs allemands. Elle montre que le risque de cancer augmente de 60% lorsque l'enfant habite à moins de 5 km d'une centrale, et de 117% si on prend en compte uniquement les leucémies. L'étude montre aussi que l'excès de cancers et leucémies est détectable jusqu'à 50 km autour des installations nucléaires.

Un des aspects les plus immoraux du nucléaire est qu'il est quasiment impossible d'apporter la preuve directe qu'un cancer est causé par les rejets d'une installation ou d'une centrale : les tumeurs ne portent pas la "signature" de l'industrie nucléaire. Mais des études statistiques sérieuses sont susceptibles de faire apparaître la triste réalité.

Une telle étude, généralisée à l'ensemble du territoire, n'a jamais été menée en France où l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l'équivalent de l'Office fédéral de protection contre les radiations allemand) est associé dans une structure appelée CEPN avec les exploitants – EDF, Areva, CEA – qu'il est censé contrôler ! Cette structure mène d'ailleurs des activités en Biélorussie dans les zones contaminées par la catastrophe de Tchernobyl... dont elle d'efforce de cacher les conséquences réelles.

Il est donc clair que l'étude qu'il faut absolument mener en France doit être confiée à des organismes totalement indépendants de l'industrie nucléaire et de ses appendices (IRSN, Autorité de sûreté nucléaire, Ministère de l'industrie, etc…).

Cette étude doit englober l'ensemble des installations nucléaires françaises, y compris celles qui sont en cours de démantèlement : suite aux actions du Réseau "Sortir du nucléaire", EDF a été obligée de reconnaître, le 28 novembre dernier, une contamination au plutonium dans l'environnement de la centrale de Brennilis (Finistère), arrêtée depuis 1985. Après 50 ans de nucléaire en France, il est temps que la vérité éclate au grand jour.


----------------------------------------------------------


Jeudi 13 décembre 2007

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 800 associations
9 rue Dumenge 69004 Lyon cedex


à M. le Président de la République
Mme le ministre de la Santé
M le ministre de l'Ecologie



Monsieur le Président de la République,
Mme le ministre de la Santé
M le ministre de l'Ecologie


Nous vous demandons par le présent courrier que soit mis en œuvre de toute urgence une étude scientifique équivalente à celle qui, en Allemagne, vient de montrer que les enfants qui résident non loin d'une centrale nucléaire courent un risque statistique nettement plus élevé de souffrir d'un cancer ou d'une leucémie.

Cette étude a été réalisée par l'Université de Mayence sur demande de l'Office fédéral de protection contre les radiations, à partir de données statistiques portant sur la période 1980-2003 dans les régions proches de 21 réacteurs ou anciens réacteurs allemands. Elle montre que le risque de cancer augmente de 60% lorsque l'enfant habite à moins de 5 km d'une centrale, et de 117% si on prend en compte uniquement les leucémies. L'étude montre aussi que l'excès de cancers et leucémies est détectable jusqu'à 50 km autour des installations nucléaires.

Un des aspects les plus immoraux du nucléaire est qu'il est quasiment impossible d'apporter la preuve directe qu'un cancer est causé par les rejets d'une installation ou d'une centrale : les tumeurs ne portent pas la "signature" de l'industrie nucléaire. Mais des études statistiques sérieuses sont susceptibles de faire apparaître la triste réalité.

Une telle étude, généralisée à l'ensemble du territoire, n'a jamais été menée en France où l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l'équivalent de l'Office fédéral de protection contre les radiations allemand) est associé dans une structure appelée CEPN avec les exploitants – EDF, Areva, CEA – qu'il est censé contrôler ! Cette structure mène d'ailleurs des activités en Biélorussie dans les zones contaminées par la catastrophe de Tchernobyl... dont elle d'efforce de cacher les conséquences réelles.

Il est donc clair que l'étude qu'il faut absolument mener en France sdoit être confiée à des organismes totalement indépendants de l'industrie nucléaire et de ses appendices (IRSN, Autorité de sûreté nucléaire, Ministère de l'industrie, etc…).

Cette étude doit englober l'ensemble des installations nucléaires françaises, y compris celles qui sont en cours de démantèlement : suite aux actions du Réseau "Sortir du nucléaire", EDF a été obligée de reconnaître, le 28 novembre dernier, une contamination au plutonium dans l'environnement de la centrale de Brennilis (Finistère), arrêtée depuis 1985. Après 50 ans de nucléaire en France, il est temps que la vérité éclate au grand jour.

Dans l'attente de votre réponse, urgente, nous vous prions de croire, Madame, Messieurs, à notre attachement à la protection de l'environnement, de la santé, et de la démocratie.

Le Conseil d'administration du Réseau "Sortir du nucléaire"
Published by Sortir du nucléaire - dans Article
commenter cet article

commentaires