Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:07

A part quelques tracts dans votre boite aux lettres, et informations dans les médias régionaux, il n'est pas forcément évident de savoir que nous sommes invités à voter ce mois de mars. Enfin pas tous. En effet, ces élections sont les "cantonales", c'est à dire que ce vote permettra de renouveler la moitié des "conseillers généraux" du département. Donc nous ne voterons pas tous les 20 et 27 mars prochain.

 

Mais j'ai du mal à comprendre... Ce sont des élections cantonales donc au niveau du canton donc on aurait pu appeler les élus des conseillers cantonaux, non ? Oui, mais c'était trop facile donc on les a appelés des "conseillers généraux" ce qui est logique puisqu'ils siègent au Département...

 

Vous aussi vous avez du mal, vous aussi vous pensez qu'on aurait pu faire comme pour la Région et les appeler très intuitivement "conseillers départementaux". Bah oui, mais c'est comme ça... Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Bon allez, il y a sûrement une explication historique, mais je n'ai pas le courage de la rechercher. (N'hésitez pas à mettre cette explication en commentaire si vous la connaissez).

 

Bon ok, on vote, mais pourquoi cet article ? Pour plusieurs raisons :

- Eh bien justement, pour que tous ceux qui sont invités à voter le fasse. Je vous rappelle une phrase célèbre :

"la Démocratie ne s'use que si l'on ne s'en sert pas"

Les révolutions qui ont lieu actuellement nous montrent des peuples qui ont soif de démocratie. Alors nous qui avons encore une démocratie, largement bancale certes, mais puisqu'on nous donne encore la parole, profitons-en pour nous exprimer, montrer que l'on aime la Démocratie et tenter d'élir des personnes qui se battent pour la Démocratie et pas seulement pour conserver leurs pouvoirs ;

- la 2ème raison c'est que le mode de scrutin (la façon dont sont calculés les résultats) est particulier. En effet, les pourcentages ne sont pas seulement calculés en fonction du nombre de votants, mais aussi du nombre d'inscrits sur les listes électorales. Pour le coup, cela apparait comme plutôt démocratique. Lorsqu'une personne est élue avec 51% des suffrages exprimés mais que le taux d'abstention est supérieur à 50%, ce sont finalement moins de 25% des personnes pouvant voter qui l'ont élu. Cet élu est censé représenter l'ensemble de la population alors que moins d'un quart (si on ne tient pas compte des non-votants) de la population a voté pour lui... Quelle est alors sa représentativité ? Voire sa légitimité ? (mais là, c'est la loi qu'il faudrait changer). Bref dans le cas qui nous intéresse ici, pour être élu au premier tour, il faut avoir la majorité absolue (plus de 50% des suffrages exprimés) et que ces suffrages exprimés représentent au moins 25% des inscrits. Pour être présent au 2ème tour, il faut obtenir au moins 12,5% des inscrits soit au moins 25% des suffrages exprimés si la participation n'est que de 50%. Donc ce n'est pas une mince affaire, vu la participation ces dernières années pour ce genre d'élection ;

- la 3ème raison, c'est la proximité. Les conseillers généraux travaillent au niveau du département. Ils sont issus des cantons et sont souvent proches de nous, connaissent bien les problématiques du territoire. Alors, nous qui encourageons la relocalisation, la proximité, les liens entre les personnes, tout cela, c'est le local, le proche. Ces élections sont donc importantes.

 

Et une fois qu'ils sont élus nos conseillers généraux, ils font quoi ?

 

Les missions du conseil général du Loiret sont les suivantes :

    * Solidarité (enfance, famille, personnes âgées, personnes handicapées, insertion, etc.)

    * Économie (développement économique, tourisme, agriculture)

    * Éducation et recherche (collèges, enseignement supérieur et recherche)

    * Aménagement et mobilité ( routes, transports, logement, etc.)

    * Environnement (gestion de l’eau, milieux naturels, etc.)

    * Culture, jeunesse et sport (patrimoine, jeunesse, coopération décentralisée, etc.)

 

Vous le voyez, ce sont des sujets qui sont proches de nous, qui nous touchent au plus près. Alors si nous souhaitons que nos idées soient prises en compte, que l'écologie et la solidarité soient (enfin ?) présentes à tous les niveaux, c'est à nous de jouer.

 

Il n'y a pas à ma connaissance de candidats sous la bannière "décroissance". Mais ceux qui s'y présentent ne le font pas pour être élu mais pour que les idées portées par la Décroissance apparaissent dans le champ des débats. N'hésitez pas à aller aux différents débats publics organisés jusqu'au 19 mars pour interroger les candidats sur les transports, la gestion de l'eau... et connaître leurs positions.

Published by Alexandre - dans Article
commenter cet article

commentaires