Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:54

Ce samedi 2 avril, Hervé Kempf, journaliste scientifique au Monde© était invité par la librairie Chapitre© ° et par ATTAC45. Il présentait son dernier livre « l'oligarchie ça suffit, vive la démocratie ».
kempf-l-oligarchie_ca_suffit.png
De cet écrivain, je n'ai lu que « comment les riches détruisent la planète ». Ce nouveau livre parle de la représentation que se fait du monde la caste dirigeante. Il nous invite à être attentifs aux rapports sociaux concomitants à la crise environnementale.kempf-comment_les_riches.png

De la rencontre, voici quelques réponses aux questions posées dans la salle :

  •  - Ce n'est pas facile d'écrire « simplement ». C'est une volonté de l'écrivain pour rendre accessible ce qui est souvent présenté comme complexe.
  •  - Il n'y a pas de complot mondial avec des encagoulés qui manipulent les affaires du monde dans des réunions secrètes. Il y a seulement une concordance d'intérêts entre les membres de l'oligarchie, c'est à dire les différentes sphères des pouvoirs politiques, financiers, médiatiques¹.
  •  - Le jeune tunisien qui s'est immolé par le feu à Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi n'avait pas 1600 amis sur Faceb**©; il n'était pas un agent de la CIA, son geste est celui d'un désespéré.


Alors, pourquoi nous ne nous révoltons pas ? Pourquoi cela ne bouge pas ?
Parce-que nous regardons trop la televicon ! Plus sérieusement, il y a eu en 30 ans une certaine individualisation dans la société et, pour voir éclore une idée de révolte, il faut qu'il y ait du lien humain, social, syndical, associatif...

 

Je terminerai sur ce point en rapportant des propos lus dans « comment les riches... » à cette même question :
Trois facteurs sont à considérer :

  • - Le cadre dominant d'explication du monde est l'économie (par conséquence, celui de l'idéologie de la croissance salvatrice²) sans jamais tenir compte du coût de la dégradation de l'environnement.
  • - La formation des « élites dirigeantes » ignore quasiment les domaines de la science, l'écologie entre autre.
  • - Le mode de vie des « classes riches » les empêche de « sentir le monde ».


Il y aurait d'avantage à dire sur des rencontres comme celle-ci. Pour ne pas manquer les prochaines, lisez régulièrement notre agenda. Sur ce, j'ai « la guerre secrète des OGM » d'un certain Hervé Kempf à lire, avant que nos amis de la FNSEA fassent voter une loi au Parlement.kempf-la_guerre_secrete_des_ogm.jpg


° -  anciennement Privat-Loddé

¹ - Noam Chomsky, Jean Bricmont et Norman Baillargeon ne disent rien d'autre dans le film d’Olivier Azam et Daniel Mermet « Chomsky & Compagnie ».
² - vous n'êtes pas sur le cyber-cahier de l'Association pour la Décroissance Conviviale pour rien, non ?

 

Edit : l'intervention d'Hervé Kempf a été enregistrée et mise en ligne par les bons soins d'Attac45. C'est ici.

commentaires

Rachaël 15/05/2011 23:27



N'ayant pas lu ou vu H. Kempf, je me garderais bien de le critiquer; néanmoins j'ai lu un article (critique) sur le blog de la maison d'édition Agone, concernant justement Kempf, sa maison d'
édition, Le seuil, et le directeur de collection qui l'a sollicité, Jean-Claude Guillebaud.


http://blog.agone.org/post/2011/02/01/L-anticapitalisme-de-Kempf-a-Guillebaud


On peut au moins retenir de cet article, l'idée de l'importance de la maison d'édition d'un livre, que ce soit en tant qu'écrivain ou en tant que lecteur.



Alexandre 27/05/2011 12:13



En effet, ne pas s'appliquer à soi (choisir une maison d'édtion indépendante) les conseils que l'on prodigue (sortir du capitalisme) ne démontre pas la cohérence nécessaire lorsque l'on veut
faire preuve de pédagogie.


D'autant qu'il aurait maintenant les moyens (puisqu'il a la notoriété et est à l'abri du besoin) de se désengager du Seuil.


  Reste que les propos exprimés dans ses livres restent pertinents et accessibles (au sens compréhensible), ce qui permet de progresser dans sa propre réflexion.


Donc M. Kempf, merci pour vos ouvrages et encore un effort pour mettre en applications vos idées :-)


Evidemment, ces remarques que nous lui adressons, s'appliquent également à nous qui utilisons pour publier ces lignes une plateforme pas tout à fait indépendante... Cohérence, cohérence,
cohérence...