Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 12:34
Comme prévu dans notre agenda d'octobre, samedi 24 octobre à 20h nous étions place de la République pour partir à la chasse au gaspi.
Des membres d'Europe-Ecologie se sont joints à nous pour finalement former un groupe de quinze-vingt personnes.
Dans l'esprit potache du Clan du Néon, nous avions convenu d'aller éteindre les néons des enseignes pour soutenir les actions organisées partout en France dans le cadre de l'opération Jour de la nuit.
Il s'agissait d'organiser localement une action de sensibilisation à la pollution lumineuse aussi désastreuse en terme de gaspillage d'énergie que perturbatrice pour la biodiversité qui se retrouve confrontée à une lumière permanente et qui perd ses repères ancestraux rythmés par l'alternance du jour et de la nuit. Cette action est également une lutte contre l'agression publicitaire permanente dont nous sommes les victimes, ne pouvant nous promener en ville sans être interpelés par ces marques éblouissantes (dans le mauvais sens du terme).

L'ambiance était détendue voire même joviale : on s'est bien amusés. C'est fou comme éteindre une lumière peut procurer comme plaisir !!

Pour éteindre, il faut atteindre... les interrupteurs souvent placés assez haut. Nous avions pour cela un manche à balais muni d'une pointe comme pour la première sortie, mais aussi une ancienne canne à pêche télescopique recyclée pour l'occasion au bout de laquelle est fixé un crochet de cintre. L'arme ultime ! (il faudra que je fasse une photo parce que je suis assez fier de mon bricolage).

Après chaque extinction, nous glissions sous la porte ou dans la boite un petit tract expliquant notre geste (pour voir le texte). Tract que nous glissions également chez les commerçants ne disposant pas de l'interrupteur ou dont l'interrupteur ne fonctionne pas.

Nous étions accompagnés dans notre balade de 2 journalistes locales :

- une de France Bleue Orléans  : télécharger et écouter le reportage (note : apprendre à répondre aux journalistes en pensant que le propos ne sera pas repris dans son intégralité et sera donc dévié de son intention initiale... voir "l'argent foutu en l'air" alors que c'est loin d'être notre préoccupation majeure)
- article de la République du Centre : télécharger et lire l'article de la version papier
- article de la République du Centre sur leur site internet

Pour compléter les retours médias, Alex L. a fait une sympathique vidéo (lien sur Youtube si ça ne fonctionne pas) :



Après une heure et demie de promenade active, la soirée s'est terminée autour d'un verre à la terrasse d'un bar de la rue de Bourgogne.
Une soirée sympathique à renouveler !!!

Published by aalesk - dans Action
commenter cet article

commentaires

groundlooping 26/12/2009 13:58


Vous êtes géniaux !
On doit créer des gangs d'éteigneurs de lumière dans chaque ville.
Et aussi, c'est important de ne rien casser.

bravo, excellente partie de rigolade éco-responsable :)