Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 08:08

« Saison brune » P. Squarzoni

 

C’est l’été, du pain et des sports, que demander de plus ? Des chiffres alarmants sur le climat, ben, on s’en fout un peu°. La météo est là, et comme jamais rien n’est bien fait pour dissocier les deux, lire quelque chose sur le réchauffement climatique « en ce moment » est une gageure.

 

Alors pensez bien qu’écrire un billet pour vous inviter à ouvrir ce pavé de 500 pages, c’est un plaisir rare.

 

Sérieusement, ce n’est pas à la lecture d’une bédé de distraction que ce billet vous invite, ça non. Après la brique sur le quinquennat Chirac, Squarzoni nous offre en 6 parties, difficile à lire au début, très technique, une pédagogie du changement climatique, des origines aux conséquences avec les différents scenarii à conjuguer au futur très rapproché. Pour cela, sont invités des auteurs de références, des penseurs, des techniciens, des économistes, au masculin et au féminin. Tout ce monde analyse, échafaude des hypothèses, et a à faire face, très souvent, au concret du quotidien avec ses choix, ses contradictions.

 

Des solutions sont-elles données ? Tant le dire, la principale est la réduction de la consommation, et malheureusement, ce n’est pas le chemin que nous prenons. Dire « réduction », c’est dire « changement profond » de notre organisation sociale, et pour le moment, peu de personnes semblent vouloir franchir le Rubicon, surtout pas tant que l’information première d’un journal radio reste le taux d’intérêt d’emprunt pour un état de la première puissance économique au monde ou une médaille nationaliste sportive.

 

En une phrase : la fin du livre c’est nous qui en sommes les héros.

 

Sombre et réaliste, cet album ne peut pas laisser indifférent. C’est un ouvrage à mettre entre toutes les mains (éditions Delcourt).

 

--!--

Moins cher, moins dense, plus petit, en 2 fois 22 pages, « Trans-Alaska <> Trans-Sibérie » de Tom Kaczyński (éditions Alter Comics) est une rêverie graphique sur le sens de la vie, la nostalgie du temps qui passe. Pas de militance ici, pas de long discourt, seulement une petite introspection.

 

--!--

Le désespoir, tout le monde connaît.

Exactement comme l’entropie ! Oui, cette loi universelle du désordre et de la dissipation chère aux physiciens, l’usure si vous préférez, dans tous les sens du terme et parfois jusqu’à la névrose : il n’y a qu’à mesurer l’ampleur du sacrifice consenti pour chauffer la planète et refroidir nos cœur, satisfaire les lubies du génie destructeur.

 

Extrait du quatrième de couverture de ce recueil de poésie « l’entropie du désespoir », poème thermodynamiques de Denis Sabatié (éditions Baudelaire).

Peut-être un point de vue fort pessimiste sur la vie, peut-être, mais cette poésie reste à découvrir et est sujet à méditation.

 

--!--

Copinage : nos « amis », mais pouvons nous être leurs amis°, du journal « la décroissance » ont commis un numéro spécial. Il n’y a pas de grille de sodoku©, pas de pin-up© en $t®ing, pas de publicit€ pour le i-bad©4, mais ce pot-pourri d’article, de dessin, de chronique se dévore. C'est rafraichissant.

 

La lecture peut sembler chère. Ces ouvrages sont disponibles dans les bibliothèques municipales ou départementale, demandez-les, faites les acheter. Vous pouvez aussi les emprunter à l’association.

 

° Ceci est de l’humour.

Published by jan peire - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

Stéphane Ascoët 08/08/2012 15:12


Étrange, France Inter a fait un quasi-plagiat de cet article le huit août 2012 à 14 heures, avec la très militante Laure Noualhat et Jean Jouzel!

Jp (rédacteur) 17/09/2012 13:22



Bonjour,


je découvre ton commentaire Stéphane.


Je n'ai pas écouté Paris-Inter de l'été, mais tant mieux si une petite note de lecture inspire des chroniqueur-se-s.



elisabeth 28/07/2012 10:24


l'art et la manière de donner envie de lire...