Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:48

mlManger local (1), c’est choisir notre menu sans oublier de penser à l’endroit où nous nous trouvons, aux personnes qui nous entourent, aux saisons...

 

Local :

- Manger local, manger ce qui est produit sur place, dans la région, le canton, l’agglomération et, le cas échéant, trouver, proposer une alternative : le vinaigre de cidre peut remplacer très souvent le jus de citron...


Abordable :

- C’est se donner la possibilité d’acheter de bons aliments, le moins transformés possible, sans se ruiner.

- C’est clairement proposer, présenter des alternatives à la bouffe des grandes surfaces : faire une barre de fruits coûte environ 6€00 le Kg contre 9€00 pour celle au glucose et 19€00 celle dont il faut payer la publicité.


Simplicité :

- Choisir de se préparer à manger le plus souvent possible, d’éviter les aliments sur-emballés et sur transformés.

- Choisir de conserver toute l’année des fruits et des légumes pour maîtriser son alimentation et son budget.

- Aborder l’alimentation comme un moyen de satisfaction personnelle et non pas comme un « process » identique à conduire ou écrire un jouèb.


Objectifs :

Ce que cette action n’est pas :

- un catalogue de recettes, il y a de très bons livres de cuisine chez le libraire.

- une leçon de morale sur la vie.

- un régime alimentaire.

- un promesse de bonheur.


Ce que cette action est :

- le témoignage que changer son regard est possible.


Engagements pour l’année :

- Rendre compte de la façon de faire les provisions (boutique, prix, moyens...)
- Proposer des idées pour manger, semaine après semaines, sans oublier de donner quelques recettes.

 

Note :

1/ « Manger local » est la traduction choisie pour le terme anglo saxon « eat local challenge », la suppression de la notion de « challenge » a été faite car c’est d’un engagement personnelle dont il s’agit ici, pas d’une compétition avec un adversaire à écraser.


Ce billet est une traduction du billet en occitan (limousin) disponible par un clic sur l'image.

http://files.nireblog.com/blogs/rapieta/files/mca1.jpg

Published by JP - dans Action
commenter cet article

commentaires

Erictk45 19/01/2010 22:24


C'est avec intérêt que je vais suivre cette aventure. Je dis aventure, car si les engagements sont tenus, il faut reconnaitre que cela demande beaucoup de modification de
comportement.
vous pouvez compter sur moi pour vous rappeler à l'ordre mais aussi pour vous encourager.
Erictk