Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 22:00

Voici le temps du deuxième billet de compte-rendu du « manger-local ». Avant de passer à la liste des courses du ménager de moins de quarante ans, une petite mise au point suite à la parution du premier billet.


J'essaye d'exposer une vision « au-plus-juste » de mes achats, mais il y en a qui ne sont pas pris en compte, les épices par exemple, non pas pour cacher des choses, mais ils sont une part minime dans la composition d'un plat. Ces même plats, deuxième mise au point, qui présentés comme une alternance de jours et de légumes, donnent l'image d'une nourriture de moine, ce que je ne suis pas. Je le dit à nouveau, je ne suis pas un directeur de conscience et ce sont des « propositions » de menus, les « obligations » sont pour ma personne.


~~~


Ce samedi au marché des producteurs, il y avait encore des bulbes de cerfeuil (10 €00 / Kg), des pommes de terre (1 €20 / Kg), des carottes rustiques (1 €30 / Kg  à noter : une barquette de carottes oranges râpées est vendue chez un super-discounter 1 €62 / Kg sans savoir si elles viennent d'Europe, de France, du Loiret, ou de l'Agglo), des panais (4 €00 / Kg), du choux rouge (1 €00 la tête), du radis noir (1 €00 pièce) et une botte de poireaux (1 €50 la botte sans trop de vert). Pour les fruits de la quinzaine entrante, je me suis contenté de pommes Belchard (1 €50 / Kg) et de la super offre « on commence à vider les réfrigérateurs » 2 €00 les 3 Kg. À ce prix là, c'est pas du bio, mais elles finiront en compote quand même (au supermarché, les 4 petits pots de plastique et un sur-emballage carton sont à 3 €80 le Kg, 3 €47 le kg chez le super discounter ; toutefois celui ci propose 2 Kg de pommes mais faut en prendre 3 Kg pour 1 €89).


Pour information, j'ai lu dans la propagande avec laquelle le super-discounter a  pollué ma boite à lettre, une promo sur des céréales au glucose à 4 €35 le Kg, à l'épicerie bio, les céréales de bases sont à 3 €59 le kg.


~~~

 

Voici le menu, dont la dimanchée est retirée au profit des premiers calculs de prix donne :


  semaine 5 semaine 6
Lundi Purée de pois chiche Beignets de panais
Mardi Bulbes de cerfeuil rissolés Crêpes
Mercredi Pain perdu Tofu & choux rouge
Jeudi Feuilleté de fromage Purée de lentilles
Vendredi Poireaux béchamel Pizza carotte


D'aucuns m'ont demandé des recettes avec des légumes secs, en voici donc une, celle du lundi, la purée de pois chiches (pour 4 personnes).

Mettez à tremper 200g de pois dans un bocal jusqu'au dimanche midi ; rincez les mettez les de nouveau dans le bocal, sans eau cette fois, comme pour les faire germer, couvrez. Le lundi matin, rincez les encore une fois avant de les faire bouillir 5 minutes dans une casserole, juste recouverts d'eau. Rincez de nouveau avant de les mettre à cuire pendant une heure avec un litre d'eau.

Pendant la cuisson des pois, pelez, dégermez et hachez  1 gousse d'ail, pelez et hachez 1 échalote, mélangez bien les deux.  Ajouter sur ce mélange 3 tours du moulin à poivre et ½ cuillère à café de curcumin. Cette mixture sera ajoutée ¼ d'heure avant la fin de la cuisson des pois.

L'heure écoulée, moulinez le tout et avant de servir, ajouter une cuillère de vinaigre de cidre, un filet d'huile d'olive et une pincée de sel.


Le trempage permet de gagner du temps sur la cuisson. Cette recette marche avec des lentilles, des haricots, des azukis, du soja, seuls changent les temps de cuisson... Expérimentez, découvrez, partagez...


En entrée de cette purée, je vous propose une petite salade (pour 4) :

- 2 pommes coupées en morceaux

- 200 g de radis noir coupé en tranche

- 100 g de pissenlit

~ 20 g de miel dans lequel macère de l'ail hachée


Mélanger les pommes, les pissenlits, le radis avant de assaisonner de miel aillé.


En dessert, pourquoi ne pas pocher 5 minutes 4 belles poires dans une infusion de tilleul et de mente ?

Ensuite il faut déposer les poires dans un bol, jeter l'infusion du pochage pour en refaire une qui sera versée sur les poires. À manger chaud, froid ou tiède...


~~~

 

Les calculs :

Pommes : 400 g x 0,67 €/Kg = 0,27

Radis noir : 200 g x 2,00 = 0,4

Pissenlits : 100 g x 15 = 1,5

Miel 20 g x 10,00 = 0,2


Soit avec un arrondi supérieur 2€40 pour 4 personne pour une bilan kilométrique d'environ 50 km, les produits provenant des villes proches de l'Agglo. Attention, 50 km est une estimation globale pas une distance réelle.


Pois : 200 g x 5 = 1

Ail, échalote : 50 g x 5 = 0,25


Soit 1€25 pour 4, mais les pois chiches du Puy en Velay ont eux parcouru quelques 420 Km (je veux même pas faire le calcul avec des azuki du Japon), soit 20 Km.


Poires : 4x200 g x 1,50 = 1,20


Les poires ont parcourue 10 km; le tilleul et le mente sont issus d'une cueillette.


Bien, il me reste à trouver la bonne formule du bilan CO². En attendant je vous laisse un lien pour faire un peu de lecture.

 

- Combien de kilomètres contient une assiette ?

- Per legir 'queu bilhet ne'n lemosin, fau picar aquí.
Published by JP - dans Action
commenter cet article

commentaires