Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 00:00

 

Un petit livre important en ces temps d’élections où tout et son contraire sont dits souvent par les mêmes personnes ou groupes de personnes, au gré des vents et des nuages, qui c’est connu depuis Tchernobyl, peuvent s’arrêter aux frontières… du pays, pas de la malhonnêteté.

 

http://www.ressouvenances.fr/WebRoot/StoreLFR/Shops/62046842/4DB6/687B/0096/E80C/56FD/C0A8/29BB/576C/sic-cv-plat-A_m.jpg

Un petit livre sur la manière de voir la catastrophe de Fukushima par le « medialogos », celui qui est dépeint dans le livre « les nouveaux chiens de garde » et le film éponyme actuellement sur les écrans.

 

Je ne vais pas conter le livre, d’autant plus qu’il ne vise pas l’objectivité sur le sujet, non, il pointe seulement le mode de fabrication de l’opinion dominante. C’est un livre dont l’écriture s’est terminée en avril 2011, autrement dit « à chaud », sans recul, sans la distance pour l’analyse.

 

Le livre dénonce la minimisation opérée par le « medialogos » : tant que ce n’est pas Tchernobyl.

À un point tel, que lorsque « les medias » annoncent Tchernobyl, ou plus encore, nous sommes « anesthésiés ».

 

Mauvaise nouvelle, la catastrophe est inéluctable, bonne nouvelle, nous continuons à jouir du confort moderne.

 

Voici un exemple du fonctionnement :

  • Le 15 mars (la catastrophe arriva le 11) : « Nos centrales sont sûres ».
  • 2 jours après : « La France peut en fermer quelques unes parmi les plus vétustes » (NDR : pourtant les plus sûres du monde).
  • Le 26 mars : « Elle ne fermera rien » (NDR : avant même le déroulement des « stress-tests » connus).

Et ainsi sur 115 pages, le livre critique la façon de faire « des médias », rappelle que la CRIIRAD s’est vue fermer l’accès aux données des balises de radioactivité sur l’ensemble de la planète. Il rappelle aussi les quatre temps de l’idéologie pro-nucléaire :

 

« Cela n’arrivera pas, cela surviendra, donc il faut continuer pour s’en prémunir et dès lors, cela n’arrivera pas »

 

Trouvé dans ce livre, ces chiffres du ministère de l’économie :

 

En 1987, les 100 milliards de francs (15 milliards d’euros) mis dans les économies d’énergie firent économiser 3 fois plus de pétrole que les 500 milliards de franc « investis » dans le nucléaire.

 

 

Un livre pour être attentif lors de la diffusion des publicités d'Electricité Nucléaire de France « Grâce à nos centrale nucléaires... », ou encore lors des informations qui annoncent la ré-ouverture de centrale en Allemagne sans préciser le type, nucléaire ? charbon ? et sans dire que c'est pour fournir en courant la France, seul pays d'Europe où la consommation électrique ne baisse pas, seul pays en comparaison de l'Allemagne ou l'Angleterre, où une descente du thermomètre fait exploser la consommation.

_____

 

  • Le blog de Fukushima [ un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde ].
  • Pour lire ce billet en occitan (limousin) cliquez ici.

 

Published by jan peire - dans Lecture
commenter cet article

commentaires