Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 21:00
Non, ce n'est pas une expérience culinaire qui me fait me prendre pour le vaillant petit tailleur du conte, mais la fin du mois de mars est réservé à une semaine sans écran, il m'est de fait facile de condenser deux billets en un. Ce billet apparaîtra même triple action, puisque je vous invite à vider les placards pour le printemps à venir (°). Petite explication : « manger local » m'a obligé à ouvrir les placards pour voir ce qu'il y avait dedans, l'analyser, le manger bien sur car « on ne jette pas la nourriture », et très souvent le remplacer par des productions sinon locales, au moins plus proches.

 


La farine de blé noir par exemple, « bio », elle provenait de Chine, « pas bio », de Bretagne. Dans la mesure où je privilégiais déjà le local, je prenais la bretonne, la demande croissante en bio fait que aujourd'hui, on en trouve de la bio et alsacienne. Le jour où je cesserai d'être un consommateur passif devant l'étal de farine, je pense en trouver sans difficulté de la bio et local du côté de la coop…

Cette farine de blé noir, elle est utile pour les personnes allergiques au gluten. J'avais donné dans le premier billet la recette des galetons (prononcez galetous), voici leur cousins corréziens les tortons (prononcez tourtous). En fait, c'est quasiment les même ingrédients sauf que l'on met du lait à la place de l'eau ; si j'étais breton, le nom en serait différent .


Tortons - galettes de blé noir (pour 6 personnes)
- 450 g de farine de blé noir (sarrasin)
- 50 g de farine blanche
- 1 verre d’eau tiède dans lequel est délayé 1 cuillère à café de levure du boulanger
- 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
- un peu moins de 400 ml de lait
- une pincée de sel

1/ mélangez la farine au sel, puis l’eau tiède avec la levure, l’huile, environ 300 ml de lait. Mélangez bien dans un récipient aux bords hauts.
2/ laissez reposer au moins 2h00.
3/ mélangez de nouveau la pâte, si elle est trop épaisse, ajoutez le lait restant, voir un verre d'eau.
4/ dans une poêle très chaude, verser une louche de pâte. Faire cuire environ 40 s sur une face, 40 s sur l’autre.

 

Avec la farine de blé noir, on fait également une sorte de pain dans le cuit-vapeur. Un pain dense mais qui convient aux personnes allergiques au gluten.


Pain sans gluten
- 400 g de farine de blé noir (sarrasin)
- 400 l de l'eau
- 1 verre d’eau tiède dans lequel est délayé 1 cuillère à café de levure du boulanger
- une pincée de sel

1/ Mélangez la farine au sel, puis l’eau tiède avec la levure. Ajoutez de l'eau de façon à avoir une pâte liquide mais pas de trop.
2/ Versez la pâte dans un moule qui loge dans le cuit-vapeur. Avant de verser, il faut beurrer ce moule.
3/ laissez reposer au moins une heure.
4/ Mettez en route le cuit-vapeur pour une heure (voir plus si le pain est pas assez cuit). Surveillez la cuisson que la réserve d'eau ne soit pas à sec avant la fin de l'heure.

Libre à vous de l'adapter au four traditionnel.

 

En vidant les placards, j'ai également terminé les paquets de pâtes, les paquets de riz qui seront avantageusement remplacé par de l'avoine ou de l'orge.


Orge perlé au lait
- 250 g d'orge
- 1 l de lait
- 100 g de sucre canne

1/ Mettez à tremper l'orge dans une casserole toute une nuit. Le lendemain, faites bouillir cette casserole d'orge, avec cette eau, pendant 5 minutes. Égouttez l'orge.
2/ Mettez à chauffer le litre de lait et jetez y dedans l'orge quand il bout. Couvrez et faites cuire 40 minutes (ou plus si vous ne l'aimez pas ferme).
3/ Retirez du feu et ajoutez le sucre, mélangez et laissez froidir.


Dans les placards, il y avait aussi du café et il y a encore du thé. Autant j'économise le thé jusqu'à pouvoir le remplacer par des plantes cueillies, autant le café a été vite remplacé par de l'orge grillée. C'est très facile à faire mais très long aussi. Il faut faire tremper une nuit de l'orge mondé, pour ensuite la faire sécher à la poêle jusqu'à ce que les grains soient bien brun-marron foncé. Les laisser refroidir avant de les moudre.


Voici trois mélanges à essayer.

1/2 d'orge grillée moulue

1/2 de chicorée moulue


Dans une cafetière à piston, mettez 1 cuillère à café de ce mélange par tasse, le volume d'eau bouillante correspondant. Mélangez, laissez infuser 2 minutes avant d'abaisser le piston. Sucrez avant de servir si vous le désirez.

2/3 d'orge grillée moulue
1/3 d'anis moulue

Dans une cafetière à piston, mettez 1 cuillère à café de chicorée en grain, 1 cuillère à café de ce mélange par tasse, le volume d'eau bouillante correspondant. Mélangez, laissez infuser 2 minutes avant d'abaisser le piston. Sucrez avant de servir si vous le désirez.

4/5 d'orge grillée moulue
1/5 de cardamome moulue

Opérez de la même façon que précédemment.


~~~

Voici des idées de menus pour 2 x 15 jours :


  semaine 10 semaine 10 semaine 11 semaine 12
Lundi Galetons
Lentille confites aux pruneaux Pâtes aux champignons
Feuilleté de fromage
Mardi Antí-pasti Beignets de panais Soupe épaisse Tortos
Mercredi Bulbes de cerfeuil Flaunharde aux topinambours
Gratin d'avoine - topinambour
Pain perdu
Jeudi Pâtes Poireaux béchamel Purée de lentilles Timbale d'avoine
Vendredi Torte Galette de millet
Pizza carotte Pain sauvage

 

~~~


(°) j'ai découvert cette idée dans un petit libre que l'on m'a prêté, un libre de Dominique LOREAU « L'art de l'essentiel », chez Flammarion. Comme l'indique le sous titre « Jeter l'inutile et le superflu pour faire de l'espace en soi » le livre propose de changer notre regard sur la masse des objets posés autour de nous, pour jeter, avec un jeu de question simple :  « Allez vous regarder les 4 télés posées chez vous allumées toutes en même temps ? Non, alors une seule est suffisante. »

Cet exemple n'est pas le plus représentatif, mais il illustre la méthode. Certains chapitres ne sont pas forcément décroissants à la lettre, d'autres sont plus que discutables, mais globalement c'est une bonne entrée en matière. Il y a un chapitre sur les réserves alimentaires et pourquoi nous en faisons. L'auteure parle d'une tradition juive qui consiste à vider une fois par an, l'ensemble des placards, des pots, des boites pour laisser de la place à la nourriture de l'année entrante.


Un autre extrait :


Moins consommer: un acte politique.
[…] Mais apprendre à vivre avec moins en biens et en revenus dépasse de loin toutes les bonnes actions dictées par les "pros de l'écologie. Aussi simpliste que cela paraisse, l'acte de consommer moins est probablement l'engagement le plus radical qu'une personne puisse prendre à un niveau individuel pour sauver la Terre. […]

En gagnant de l'argent et en le dépensant, nous diminuons non seulement nos forces personnelles, mais nous endommageons l'environnement et cela résulte de tout ce que nous achetons. Quand nous achetons, cela signifie que nous utilisons les ressources de la planète. Pour faire un hamburger, il faut des grains de blé, de l'eau, des fertilisants, des pesticides, de la terre, de l'huile, du bœuf, des arbres, du plastique, du gaz, de l'électricité, des usines d'emballage... nous desséchons les réserves de la planète en eau. […] faites le plus de choses par vous-mêmes.

 

- Per legir 'queu bilhet ne'n lemosin, fau picar aquí.
Published by Association pour la Décroissance Conviviale - dans Action
commenter cet article

commentaires