Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 17:49

La République du Centre, notre quotidien local, publie tous les lundi une rubrique intitulée "C'est décidé... j'agis !".

C'est dans ce cadre que la journaliste Cindy Roudier a demandé à l'ADC qu'un de ses membres témoigne.

C'est moi qui me suis collé à l'exercice... Et voici le résultat :

Article paru dans la Rep' du 29-04-2013

Article paru dans la Rep' du 29-04-2013

Que dire de cet article (version sur le site de la Rep) ?

Globalement, c'est plutôt pas mal, il n'y a pas eu détournement de mes propos ni de contresens, et c'est déjà vraiment bien. Merci à la journaliste.

Ensuite, le format étant court, il est difficile d'être exhaustif et de mettre en avant les choses les plus importantes évoquées durant l'entretien. Dans ce genre d'article, il faut souvent des petits exemples qui parlent aux lecteurs. Du coup, on s'attarde sur des détails au lieu de parler du projet politique. C'est le cas avec l'exemple du robinet qui coule pendant le lavage de dents. J'ai évoqué ce truc comme l'exemple caractéristique cité dans le "le parfait petit manuel du développement durable par la pratique" qui n'existe pas (le manuel) mais qu'on entend systématiquement, où l'on nous fait croire qu'avec des "écogestes" tout simple, "on va sauver la planète"... Evidemment nous ne sommes pas naïfs au point de penser que cela aura un impact suffisant. Il est nécessaire que chacun de nous adopte cette simplicité volontaire - que dans cet exemple précis on pourrait appeler simplement du bon sens - pour éviter tous les gaspillages possibles, mais c'est la consommation globale de l'eau (pour rester dans le thème) qu'il faut revoir, notamment celle de l'industrie, de l'agriculture, des loisirs... qui impacte des volumes bien plus importants.

Et pour cela, il faut repenser ces domaines : quelle industrie voulons-nous ? quelle agriculture voulons-nous ? quels loisirs voulons-nous ? Ce sont nos choix qui orientent (devraient orienter ?) la consommation en ressources de tous les domaines de nos vies et de nos sociétés. C'est dans cet esprit que j'ai parlé de "la remise en cause transversale", qui n'a pas forcément été bien comprise m'a-t-on dit.

La photo : le gars qui revient à vélo de la Biocoop avec son panier de légumes bio dans un sac en papier... Un peu cliché me direz-vous... Certes. D'un autre côté, c'est mon quotidien, ce n'est pas trop difficile à comprendre, et extrêmement facile à faire !

Le petit encart permet de compléter l'article qui ne porte quasiment que sur la simplicité volontaire : le projet politique pour sortir des dysfonctionnements, et l'organisation collective.

Côté médiatisation, cet article dans La Rep a fait bondir les statistiques du site internet. Bon, il faut dire que ce n'est pas très difficile vu les quelques visites que nous avons quotidiennement...

Conclusion, nous nous retrouvons avec un article sympathique et des personnes sensibilisées ou en tout cas informées de l'existence de cette décroissance suite à la lecture du journal. C'est plutôt bien pour quelque chose que nous n'avions pas demandé au départ.

Published by Alexandre
commenter cet article

commentaires

Joël 15/05/2013 15:50

Depuis tout petit que ça me gonfle de me brosser les dents, ça y est, j'ai enfin une bonne raison à rétorquer à môman ! ;-)))

Sérieusement. Que du bon boulot. Merci Alexandre et la journaliste.

Et puis : incroyable le nombre d'initiatives qui fleurissent de partout dans ce sens depuis quelques années. Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, les gouttes d'eau de colibris faisant s'éteindre les grands incendies, eh bien y'a de l'espoir !

Guillaume D 14/05/2013 20:21

Salut Alex et les ADCistes Orléanais,

je partage complètement ton point de vue positiviste sur cet article. Petit à petit l'oiseau fait son nid !

Marjorie 07/05/2013 10:48

:-) J'ai déjà commencé à diffuser l'article version papier pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu (les membres de SOLEMBIO, de l'AVF 45, etc.) et maintenant je commence à diffuser la version informatique (article de la Rép. et du blog de l'ADC). ;-)

Et, pour donner envie aux visiteurs du blog et aux lecteurs de cet article de venir nous rencontrer et partager de vives voix, je vous envoie vers un article qui évoque l'une de nos rencontres conviviales : http://chiendorleans.wordpress.com/2012/11/28/sur_terre/
Là, il s'agit d'une soirée or nous nous rencontrons aussi lors d'ateliers couture, confitures, toilettes sèches, etc. cf. http://assosdecroissanceconviviale.over-blog.com/article-agenda-mai-2013-115456632.html
Au plaisir de vous rencontrer prochainement. :-D

JP 06/05/2013 13:12

Bonjour Stéphane, bonjour Alexandre, bonjour à tous...
En lisant à nouveau la phrase, j'avais compris qu'il ne fallait pas se laver les dents à l'eau.

Stéphane Ascoët 06/05/2013 12:58

Moi j'avais bien compris que l'exemple du robinet était donné comme exemple de ce qui est insuffisant... surtout avec ton commentaire que je partage tellement, en tant qu'extra-terrestre!