Présentation

  • : Association pour la Décroissance Conviviale
  • Association pour la Décroissance Conviviale
  • : L'ADC est une association née pendant l'été 2006 à Orléans. Elle a pour objet de promouvoir et diffuser l'idée de décroissance conviviale. Pour plus d'informations, allez sur la page "Qui sommes-nous ?". Si vous souhaitez être régulièrement tenu au courant de nos activités, envoyez-nous un mail à l'adresse inscrite en bas de la page
  • Contact

Annuaire local

Voici quelques liens vers des associations locales qui proposent des actions, des services, des informations... qui vont dans le bon sens.

Attac45 nous a pris de court et l'a déjà réalisé, le voici : (vous retrouverez certains liens disponibles ci-dessous)

L'annuweb d'Attac45

Recherche

Réflexion

" En 1970 quand j’étais petit garçon, nous n’avions pas de croissance de population pas de revenus du tout. Il n’y avait ni investissement ni service, mais nous étions heureux. Nous avions une alimentation de qualité et tout ce que nous désirions de la nature. Avec l’arrivée des projets de développement, les Dayaks ont été marginalisés et les richesses collectives ont été remplacées par les richesses individuelles. "
Stephane Djuweng, Anthropologue issue du peuple Dayak

Colonisation

" Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre. Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyrannique. Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie. Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts. Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. "

Sitting Bull, grand chef Sioux (1831 – 1890)
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:00

Soirée étape de l'AlterTour , chez Catherine Carré (maraîchage bio à St Hilaire St Mesmin) : nous y étions !


Avec d'autres bien sûr, pour animer la soirée et présenter nos associations :

- Le Coquelicot, de St Hilaire, qui oeuvre pour la protection et la défense de la nature,

- L'Apacrete, d'Ingré,jardin biologique partagé,

- L'ADC,vous connaissez, et se sont joints à nous 1TerreAction, experts en réanimation de vélos et le S.E.L. de Mareau aux prés (échanges locaux comme sont nom l'indique).


Nous avions prévu de visionner un film, La vie des objets, mais pas les moyens techniques… Ben oui, ça arrive. Mais promis, pour la prochaine fois, notre « pouvoir-point » sera prêt, et là, on sera au top. En tout cas, bien sympa de s'y rendre en pédalant ensemble, à cette soirée.


Premier arrêt (et découverte des premiers cyclistes de l'alter-tour, les vrais !) pour une visite de la maison en cours de rénovation, commentée par des gens d'Habitat et Humanisme : 18 appartements sociaux, un chantier HQE, un jardin partagé en projet, co-géré par Les jardins de Cocagne, des explications sur leur association, et la fondation qui y est associée.


Re petit tour en vélo, jusqu'à chez notre hôtesse : le pré se rempli petit à petit, des cyclistes harassés, l'alterbus (haut en couleurs), le minibus avec les bagages. Les tentes poussent comme des champignons. En attendant que tous ces grands sportifs aient pris leur douche au combien réparatrice, les gens de 1TerreAction font des merveilles : les vélos de l'alter tour sont réglés, réparés, bichonnés. Et un vieux vélo blanc passe de citrouille sans freins, à carrosse avec lumière ! Magique.


Repas joyeux et on ne peut plus convivial, puis la soirée se termine… Avec une petite envie de les suivre, un jour… Mais demain matin, Alexandre les rejoint pour prendre le départ avec eux, et Hélène se voit bien faire quelques étapes, l'année prochaine…

 

Coordonnées des associations locales :

 

Association Le Coquelicot

147 rue des Perrières

45160 Saint Hilaire Saint Mesmin

Tel : 02 38 76 32 66

Courriel : jacky.mouvier(ad)hotmail.fr


Association L'APACRETE,

9 rue du Val d'Orléans

45140 INGRE

Tél : 02 38 43 07 37 (répondeur permanent)

Courriel : elle-pousse.lapacrete(ad)laposte.net

 

TOUS EN SEL

80 rue des Muids

45370 Mareau-aux-Prés

Tel : 02 38 45 66 84

Portable : 06 09 62 49 05

Courriel : tousensel(ad)yahoo.fr

3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 15:32

Le 7 avril 2010 sort le nouveau film de Coline Serreau intitulé "Solutions locales pour un désordre global".

Il est projeté à partir de cette date à raison d'une séance par jour au cinéma Les Carmes à Orléans pendant au moins tout le mois d'avril.http://base.ekopedia.org/w/images/thumb/0/0d/La_belle_verte_%28affiche%29.jpg/250px-La_belle_verte_%28affiche%29.jpg

 

Coline Serreau, artiste complète, est bien connue des objecteurs de croissance grâce à son film La Bel l e Verte, fable "humoristico-décroissanto-humaniste", à la fois empreint de sagesse, tendre et jubilatoire, et de plus en plus par ses engagements militants. 

Son nouveau film, Solution locales pour un désordre global, présente au long d'entretiens avec des paysans, des scientifiques, des philosophes... des initiatives mises en place aux quatre coins du monde pour remettre  la terre au centre des attentions afin qu'elle soit source de vie au sens alimentaire, mais aussi social et écologique, et qu'on arrête de la sur-exploiter, de la détruire, de la mépriser. 

 

Après les films (une vérité qui dérange, la onzième heure, Home, le syndrome du Titanic, nos enfants nous accuseront...) dénonçant les catastrophes écologiques et sociales provoquées par la folie des Hommes engagés la tête la premières dans une course en avant ultra-libérale où le seul mot d'ordre est La Croissance quelles que soient les conséquences pour la nature, les êtres humains, la paix, il est bon de croiser un documentaire qui nous propose des alternatives qui fonctionnent, qui préservent la nature, la bio-diversité, la santé, les ressources naturelles.

Si les premiers films sont nécessaires pour la prise de conscience de beaucoup, on s'aperçoit que nombreuses sont les personnes (et les gouvernements...) qui sont désemparées devant l'ampleur des menaces et préfèrent adopter la politique de l'autruche ("c'est trop horrible, je ne préfère pas y penser et de toute façon il faut que je me dépèche d'aller faire mes courses au supermarché, sinon je vais rater le début de Dr House à la télé...") ; alors, la bonne dose d'espoir prodiguée par ce film est un remède salvateur au pessimisme et à la résignation et une bouffée d'air pour entreprendre ensemble la construction d'un autre monde !

 

Afin d'en parler, nous avons souhaité inviter Coline Serreau pour une rencontre à l'issue d'une des projections au cinéma Les Carmes. Celle-ci aura lieu :

lundi 19 avril 2010 à 19h45

au Cinéma Les Carmes

Rencontre - projection/débat

avec Coline Serreau

réalisatrice du film

Solutions locales

pour un désordre global

http://www.solutionslocales-lefilm.com/sites/default/files/imagecache/image_page/visuels/espace-presse/affiche-soluctionslocales.jpg

Organisation : Terre en Vie (AMAP d'Orléans) et l'Association pour la Décroissance Conviviale et l'aimable participation du cinéma Les Carmes (tarif réduit pour les adhérents à ces associations)

 

Cette initiative s'inscrit dans notre implication à l'organisation du Forum Social Local à Orléans qui aura lieu le 24 avril (le samedi suivant) dont le thème est justement "la relocalisation". Le contenu du film est tout à fait dans le sens des réflexions que nous souhaitons avoir lors de ce rendez-vous citoyen.

 

Liens :

Notre article sur le FSL

Le site du FSL pour avoir le programme complet

Le site du film de Coline Serreau

La bande annonce

Une interview de Coline Serreau :

3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 15:30

Après le Forum Social Local du 16 mai 2009 présenté dans cet article, les associations (dont l'ADC) ont continué à affiche-fsl.jpgtravailler ensemble pour essayer de poursuivre la réflexion entamée et mettre en place des projets locaux.

 

Ce travail aboutit entre autres à la nouvelle édition d'un Forum Social Local (FSL) consacré cette fois-ci au thème de la Relocalisation.

 

Si le premier FSL était orienté sur les crises (sociale, environnementale, économique...) pour essayer de les comprendre, de les analyser et de proposer des solutions pour en sortir, il nous a semblé pertinent de nous attaquer dans cette seconde édition aux solutions à envisager, sachant que suivant l'expression "penser global, agir local", ces solutions sont avant tout locales dans le sens où elles sont souvent à l'initiative de petits collectifs de citoyens qui s'organisent pour proposer des alternatives au "grand capital"...


Organisé en deux parties cette fois-ci, le FSL commencera le mardi 20 avril à 20h30 par une conférence à la Médiathèque d'Orléans sur "le libre-échange et sa responsabilité dans le désordre mondial" de Dominique Plihon (professeur d'économie financière à Paris XIII, président d'Attac France) pour expliquer les désordres engendrés par la mondialisation et la globalisation au service du capitalisme.

La seconde partie aura lieu à la salle de l'Etoile St Marc (1, rue du Pressoir Neuf à Orléans) toute la journée du samedi 24 avril à partir de 10h avec des interventions, des témoignages et des ateliers de réflexion sur les alternatives locales existantes ou à créer et le rôle des territoires et des collectivités locales dans l'émergence de ces alternatives.

affiche-fsl-2010.jpg

En marge de ces deux temps forts, deux initiatives s'inscrivent en préalable et en soutien au FSL :

- le 12-04 à 20h : conférence-débat avec Damien MILLET (CADTM), sur les "comprendre un monde en crise(s) pour essayer d’en sortir" organisée par Attac45.à la Maison des Associations (46ter rue Ste Catherine à Orléans). Voir l'article.

- le 19-04 à 19h45 : rencontre-projection/débat avec Coline Serreau autour de son film "Solutions locales pour un désordre global" organisé par l'Amap et l'ADC. voir l'article complet.


Retrouvez le programme complet du FSL sur son site

Retrouvez également tous les évènements dans notre agenda du mois d'avril.

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:46
Lors du premier billet "Penser global, agir local : 3 exemples", je vous avais présenté plusieurs initiatives proposant des solutions locales répondant aux enjeux que vous, lecteurs de ces lignes, connaissez bien maintenant.
Ce nouvel article est donc l'occasion d'ouvrir une nouvelle catégorie baptisée originalement Penser global, agir local... Les articles publiés dans cette catégorie présenteront comme le premier article, des initiatives que nous avons découvertes et qui nous semblent tout à fait intéressantes, peut-être à reproduire ici ou là, et de toutes les façons à soutenir et vivement encourager !
Lors de ce premier article, je parlais de l'opération Zéro Pesticide lancée par un petit groupe de bénévoles motivés de Loiret Nature Environnement (LNE) qui encourageait les communes à bannir les pesticides utilisés pour l'entretien des espaces verts. Après avoir été accueilli par la plupart des communes de l'agglomération orléanaise, le projet Zéro pesticide n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Fort de son expérience et de sa vitalité, il a essaimé en un concours qui est dans sa suite logique : Mon jardin au naturel.
Ce concours s'adresse lui plutôt aux particuliers et notamment aux chanceux ayant accès à un jardin. Il s'agit pour ces jardiniers de créer ou d'entretenir leur jardin de manière naturelle, donc de ne pas polluer, donc d'y accueillir avec bienveillance toute la biodiversité qui se précipitera dans ce lieu préservé. Concours oblige, il y aura un classement, mais ce n'est pas l'esthétique (souvent obtenu à grand renfort de dopants) qui primera, mais bien les choix du jardinier, la vie du jardin. Mais allez voir le site dédié, il vous en dira bien davantage.

http://www.loiret-nature-environnement.org/pulloverplus/images/logo-pull-over-plus.jpg
Aujourd'hui, je voulais davantage vous parler d'un nouveau projet de LNE. Oui, ils en rajoute une couche et pas qu'au figuré puisque le projet s'appelle Pull-over Plus. Alors de quoi s'agit-il cette fois ???

Un constat : le réchauffement climatique.

Un levier d'action : la diminution de nos rejets de gaz à effet de serre (GES).
Une action locale : raisonner le chauffage dans les écoles communales.

Je ne reviens pas sur le constat, nous en avons bien entendu parler lors du sommet (gouffre ???) de Copenhague (quoique vu ce qui en est ressorti...).

Pour tenter de limiter ce réchauffement climatique, la seule solution que nous pouvons mettre en place immédiatement, sans attendre d'hypothétiques progrès techniques, est de diminuer nos rejets de GES. Cette diminution ayant par ailleurs bien d'autres avantages : diminution de notre dépendance énergétique,  diminution de la pollution atmosphérique (hors CO2), augmentation de la santé, de la sécurité, partage des ressources avec les générations à venir, diminution de la balance commerciale... J'en oublie certainement beaucoup.
Il s'agit maintenant de choisir une action locale, qui aura un impact réel et pas juste anecdotique, qui sera mesurable.
Quels sont les activités émettrices de gaz à effet de serre ?
- L'industrie et la production d'énergie ? Hors de portée de LNE.
- La déforestation ? Dans le Loiret, elle n'est pas évidente.
- Les transports ? Rouler à vélo... On le fait déjà, même si on n'est pas assez nombreux. Et puis même Christine L. nous le demande. Pas très original. Difficilement mesurable. Les transports en commun ? pas de notre ressort.
- L'agriculture ? Difficile à notre niveau.
- Les bâtiments ? A la construction, LNE n'a pas grand chose à dire. A l'utilisation, les bâtiments sont responsable de 10% des rejets de GES sur la planète, mais des bâtiments il y en a partout ! Ce qui consomme le plus d'énergie, c'est le chauffage. Diminuer les dépenses de chauffage, ça se mesure facilement, il y a des résultats immédiats en face des quelques efforts consentis, tout le monde est gagnant...

On expérimente les premières pistes pour réduire la consommation (baisser d'un petit degré le chauffage et donc mettre un pull-over plutôt que de travailler en chemise et risquer le choc thermique en sortant, ne pas chauffer les lieux de passage type hall ou couloir, couper les ventilations lorsque les bâtiments sont fermés, fermer systématiquement les volets le soir et les week-end... du bon sens en fait) à son travail avec l'accord du patron. Et on mesure les résultats en comparant les factures de l'année avec celles de l'année précédente.
Ils ne se font pas attendre et sont très positifs. Il ne reste donc qu'à trouver à qui on s'adresse pour le projet. LNE a une dimension éducative forte et a l'habitude de travailler avec les écoles. On associerait alors économie d'énergie et éducation, et cerise sur le gâteau, économie d'argent pour la collectivité. Du bon, du très bon, du gagnant-gagnant-gagnant (ça existe ? bah oui, la preuve !).
C'est parti ! Contacts avec des écoles déjà partenaires, mise en place d'un programme plus professionnel (diagnostic, consultation avec les utilisateurs, comité de pilotage) et expertise technique (chercher de nouveaux levier pour diminuer encore la consommation d'énergie).
5 écoles primaires sont déjà partenaires. Une charte sera signée avec l'Inspecteur d'Académie le 3 mars 2010.
A n'en pas douter, ça va pousser, grandir et donner des idées à beaucoup.
Je vous laisse découvrir en détail l'intégralité du projet sur le site de LNE.

A l'origine de ce projet, cette fois-ci, il n'y a qu'une personne qui a su mettre des bonnes idées les unes derrière les autres, convaincre des collègues, des administrateurs et des salariés de LNE, des partenaires et des bénévoles. J'ai assisté à la réunion de janvier où il nous a présenté tout cela. Maintenant, il faut que le projet vive et grandisse. Ca ne se fera pas tout seul même si la dynamique est lancée (il faut toujours des sous pour payer les salariés de l'association, des relais...).


Alors si encore une fois, vous vous demandez "qu'est-ce que je peux faire ?" ou si vous entendez quelqu'un se poser la question, je vous propose comme réponses au choix ou toutes à la fois :

  • adhérer à LNE et s'engager dans la vie de l'association, y soutenir des projets et pourquoi pas en monter de nouveaux,
  • venir à la prochaine réunion d'information qui aura lieu fin avril (elle sera annoncée sur notre agenda),
  • en parler au directeur de l'école de votre enfant,
  • en parler à votre patron, lui envoyer le lien, lui dire qu'il a tout à gagner et rien à perdre, que ce qui marche pour une école peut s'appliquer dans tous les bâtiments publics ou non,
  • en parler autour de vous...
Du lien, toujours...
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 23:47
A la question récurrente "mais nous, simples citoyens, que peut-on faire ?", on répond toujours que la Décroissance se conçoit et s'applique sur trois niveaux : politique (niveau global),  collectif (niveau local souvent) et individuel.
Au niveau individuel, cela peut commencer par la "simplicité volontaire", puis par la documentation, la recherche d'informations et les discussions auprès de ses proches.
Puis pour aller plus loin, il y a l'engagement ou le militantisme. Il s'agit de l'engagement individuel dans des structures collectives, essentiellement des associations. Là on passe du niveau individuel au niveau collectif, et l'on se rend compte que même très peu nombreux, on peut agir pour aller dans le bon sens et répondre au moins localement à des problèmes globaux.
C'est l'objet de cet article où 3 exemples d'engagements concrets vous sont présentés :

LNE et l'Objectif Zéro Pesticide
Loiret Nature Environnement, l'association bien connue dont nous relayons les initiatives régulièrement comprend de nombreux adhérents. Quelques adhérents motivés ont monté une commission intitulée "Homme et environnement" dont le but était de réfléchir à des actions concrètes pour la préservation et l'éducation à la préservation de la nature. Après quelques discussions sur les possibilités sur lesquelles travailler, la commission a décidé de s'appuyer sur des travaux effectués en Bretagne et de lancer l'opération "Objectif : zéro pesticide" qui consiste à encourager les collectivités à ne plus utiliser de produits chimique pour l'entretien des voiries et des espaces publics dans un premier temps puis à sensibiliser les particuliers et à former les vendeurs de grandes surfaces de jardinage ensuite. L'initiative de plus ou moins 5 personnes selon les moments s'est transformée en 2 ans en un projet d'une ampleur très importante qui touche la plupart des communes de l'agglomération d'Orléans et commence à en inspirer d'autres. Le projet et les différentes actions sont présentés sur cette page et continuent d'évoluer. Les bonnes volontés et les nouvelles idées sont toujours bienvenues.

Un collectif d'association et le Forum Social Local
L'association Attac 45 fonctionne également avec des commissions (des groupes de personnes qui focalisent leur réflexion sur un sujet). La commission "crise" a lancé l'idée de réorganiser un forum social local sur le principe du Forum Social Mondial qui a eu lieu cette année fin janvier à Belem au Brésil et des précédents forum sociaux organisés à Orléans. Les personnes de la commission (entre 5 et 10) se sont organisées pour contacter différentes associations et syndicats, pour rédiger un premier appel à la participation à l'organisation d'un forum social. Les associations intéressées (dont l'ADC) ont participé aux réunions et le collectif ainsi créé a monté la journée du 16 mai 2009 qui présentera dans la matinée la (ou les) crise(s) sous quatre points de vue (économique, écologique, social, politique) afin de comprendre les origines de la situation, tandis que l'après-midi sera consacré à la réflexion sous forme d'ateliers : quelles alternatives pouvont-nous construire ensemble pour faire face à la situation et aux solutions (navrantes ??) proposées par le gouvernement, sous trois angles : action citoyenne et lutte sociale, produire et travailler autrement, quel autre système économique et financier ? La journée se terminera par une séance plénière où les idées et solutions évoquées seront présentées à l'ensemble des participants.
Donc le 16 mai, venez réfléchir et proposer ! L'ensemble du programme est disponible sur cette page et le tract est téléchargeable à cette adresse.

Une association d'écologie pratique : l'Ecocentre de la Forêt d'Orléans
Ou comment 8 personnes motivées autour de Nibelle ont réussi à monter une association dynamique qui propose de l'écologie appliquée au quotidien, une volonté de transmettre le message de la nécessité de changer notre mode de vie non soutenable, le tout en créant du lien, des relations et en mettant en avant la convivialité.
Après un peu plus d'un an d'existence, le nombre d'actions est impressionnant et les projets nombreux ! Dans les actions, on peut citer entre autres des ateliers pratiques (fabrication de pain au levain, formation au potager...), une éducation à l'environnement auprès des plus jeunes (étude et plantation avec l'école de Boiscommun de haie vivante, construction d'une maisonnette écologique au collège de Beaune la Rolande...). Dans les projets à venir, citons notamment la création d'une AMAPP et la construction du batiment de l'Ecocentre lieu d'accueil et de formation. Toutes ces actions et projets et bien d'autres sont présentés sur le site de l'association.

Changer le monde à moins de 10 personnes ?

Ces trois exemples prouvent qu'un petit nombre de personnes motivées peut monter des projets qui à défaut de changer le monde (quoique ??), y contribuent. Et ce ne sont que 3 exemples, on pourrait en citer des centaines d'autres. Pour peu que toutes ces personnes, tous ces projets se lient les uns les autres, on pourra enfin (soyons optimistes) peser sur le système rouleau-compresseur qui nous envoie dans le mur.
Alors hop, vous avez une idée, parlez-en, trouvez quelques personnes et foncez !